Nous n’avons jamais echange autant de messages qu’aujourd’hui a l’ere du virtuel.

Mais communiquons-nous vraiment ? En famille, au couple comme au boulot, il n’est pas forcement evident d’engager votre dialogue constructif avec des differentes relations. Astuces Afin de retablir la communication.

1. Commencer par se faire bien saisir

L’essentiel est de ne point oublier le proverbe « et cela se concoit bien, s’enonce clairement ». Cela ne s’agit pas tant ici de faire attention a une diction qu’aux mots employes afin d’effectuer passer son initiative, demande ou besoin. Pour la psychologue Marie Andersen, auteure de Tout s’arrange avec des mots (HugoDoc) nous supposons a tort, surtout en relations de couple, que celui qui nous ecoute recoit notre message oral exactement tel que nous souhaitons lui transmettre. « Correctement souvent, nous parlons sans reflechir a ce que nous disons vraiment. En permanence, cela se revele beaucoup fonctionnel Afin de bon nombre de echanges, mais en cas de probleme ou lors d’une relation tendue, il faudra absolument peser les mots et redoubler d’attention. » i  sa place, il convient alors d’adapter notre discours suivant 3 niveaux d’attention :

Niveau 0 : Dans le contexte de discussion quotidienne, nous laissons librement notre parole s’ecouler. Notre communication n’a gui?re d’autre but que de creer du lien social.

Niveau 1 : Face a votre probleme ou a la necessite de prendre une decision commune, il convient de s’interroger « Qu’est-ce que j’ai envie dire exactement ? Quel est notre souhait exact ? ». Cette reflexion va permettre d’organiser les pensees, chose essentielle dans un echange plus complexe.

Niveau 2 : un coup determine ce que nous voulons penser exactement, encore faut-il s’interroger sur la maniere dont nous allons faire passer le message a notre interlocuteur. Notre discours doit alors s’adapter en fonction de ce que nous savons de lui et de sa propre facon de communiquer. Si nous nous trouvons i  ci?te de quelqu’un de susceptible, entre autres, si nous souhaitons que votre personne comprenne notre message il faudra veiller a ne pas la vexer.

2. Ne point oublier d’ecouter

Prendre garde a ce que l’on devoile est la premiere etape d’une communication reussie, mais encore faut-il savoir ecouter l’autre ! Sans ecoute adaptee, le dialogue entre deux gens se resume a un simple monologue a deux voix, ou tous demeure sur ses positions, sans veritablement echanger. « J’ai communication se rapproche d’un travaux de danse, precise Sophie Andersen. Dans l’ecoute, nous nous laissons guider par l’autre, nous nous mettons dans ses gui?re, sans essayer a tout tarifs de remplacer le tempo ou le rythme Afin de qu’il nous convienne absolument. ». L’astuce pour nous placer en situation d’ecoute optimale reste alors de s’imaginer passager d’une voiture, comme l’explique la psychologue :

« Ecouter, c’est d’abord faire le choix de partager un moment avec l’autre a bord de sa « voiture de vie » avec ses histoires, ses choix et ses decisions propres. Si nous ne sommes jamais en position de tout saisir, il faudra s’abstenir au maximum d’etre dans le jugement. Nous n’avons nullement le volant entre les mains et y n’y a rien de pire pour un conducteur que d’etre sans arret critique sur sa facon de conduire. De meme, nous ne pouvons gui?re freiner ou accelerer a sa place. Il faut donc le laisser parler a le rythme, ne pas le brusquer ou de le couper, rester a sa place d’ecoutant. Tout au plus, nous pouvons lui demander de preciser sa pensee, l’inviter a parler a c?ur ouvert, ce qui revient a actionner les phares Afin de lui eclairer la route. Et si nous ne savons pas De quelle fai§on nous placer, il reste forcement la roue de secours, l’ecoute totalement silencieuse qui cree un cadre de parole tres rassurant. »

Pour aller plus loin

3. Accepter nos differences

Notre communication reste un jeu a deux (au minimum) qui necessite de savoir faire des compromis et ne point oublier que l’optique d’un dialogue est d’etre enrichissant. Il ne s’agit donc pas d’une bataille d’ego dont l’objectif serait d’effectuer accepter de gre ou de force a l’autre nos envies, opinions ou souhaits. Cela reste d’autant plus grand au cadre d’une dispute ou la recherche d’une concorde mutuelle s’efface beaucoup vite Afin de laisser place a une lutte sans merci pour definir qui possi?de raison. Pour eviter votre ecueil, l’humilite est 1 partenaire indispensable dans la communication :

« ils font de nombreuses facon d’effectuer du « terrorisme relationnel » : exprimer sa colere sans retenue, nier l’expression de l’autre, le culpabiliser, lui refuser l’ecoute… Dans tous les cas, adopter cette posture revient a degrader la communication a une simple domination de l’autre, une technique que les manipulateurs aiment par-dessus bien ! Une cle Afin de eviter i§a, c’est d’accepter de se remettre en question, etre capable de dire « Je comprends ta position » le plus sincerement possible. L’important, meme dans un echange tendu, est toujours d’exprimer sa position a l’autre et d’entendre la sienne. S’il est deja ardu en temps normal de parvenir a Notre concorde, quand l’enervement est present, il faudra avoir l’intelligence d’effectuer un aucun cote Afin de calmer le jeu. »

Pour aller plus loin

4. Mettre le telephone de cote

Au quotidien, nous multiplions les echanges par mails ou sms. Cette nouvelle forme de communication, quasi-compulsive, est paradoxale puisqu’elle cree a Notre fois une fatigue communicationnelle et un besoin de retrouver un vrai dialogue constructif et enrichissant au sein de son couple, aupres des bambins ou des amis. D’ou la necessite de s’amenager des espaces sans telephone. A table ou en terrasse, laissez votre telephone dans votre sac. Vous avez bien a y gagner : une meilleure attention sur cela se dit mais aussi sur les emotions que le propos de l’autre fera naitre en vous. Sophie Andersen rappelle que, bien souvent, les messages ou mails ne sont nullement prioritaires sur une conversation en direct :

5. Plusieurs cas confortables

Bien communiquer avec votre enfant : « Nous imaginons trop souvent les bambins tel des pages blanches que nous devons remplir de nos paroles, injonctions, recommandations, avis. Mais un enfant a besoin de s’exprimer et d’etre vraiment ecoute, rappelle Marie Andersen. Cela ne va falloir gui?re hesiter a l’inviter a nous expliquer le plus clairement votre qu’il ressent et essayer de comprendre sa logique. Pourquoi pas, lorsqu’un enfant ne veut gui?re aller a l’ecole, nous avons tendance a tomber sur cela normal et a essayer de degoter des parades pour minimiser la situation « votre n’est nullement si terrible, l’ecole reste indispensable etc. ». Alors que prendre 5 minutes Afin de cerner et cela a cree une telle angoisse de l’ecole est essentiel pour etablir une agreable communication avec son enfant et deceler une difficulte d’integration, votre blocage scolaire, une peur jusqu’a present non identifiee… »